[./home.html]
[./the_team.html]
[./profil_del.html]
[./profil_laurent.html]
[./leprojet.html]
[./photos26videos.html]
[./nos_actions.html]
[./rencontres.html]
[./livre_d27or.html]
[./rencontres.html]
[./livre_d27or.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Swaziland
L'Expédition / Afrique / 'Swaziland'
Nous retiendrons du Swaziland un pays montagneux agricole, à la terre riche et fertile. La population n’a pas l’air d’être dans le besoin, les hommes portent des jeans, les femmes sont habillées et la plupart des enfants ont des chaussures. Les installations restent cependant très sommaires, et on voit beaucoup de maisons de tôle et huttes en bois. En lisant le routard, on apprend cependant qu’un tiers de la population vit de l’aide alimentaire, récemment supprimée par l’ONU à cause du roi Mswati III qui préfère utiliser l’argent de son pays pour son propre confort (jet prive, nombreuses demeures…) plutôt que pour son peuple. Malheureusement, cet exemple de politique abusive n’est pas isolé en Afrique…
  
Laurent
Du Vendredi 26 au Dimanche 28 Septembre 2008
Nous passerons la nuit dans une bonne adresse du routard, une auberge de jeunesse perdue dans une grande réserve sauvage ou zèbres, antilopes, sangliers, singes et hippos se baladent librement.

On y fera la rencontre de travellers aux parcours très atypiques et impressionnants : des cyclistes allemands en vadrouille depuis Avril 2006 (cf. ‘Rencontres’ pour plus de détail) et une volontaire japonaise volontaire au Mozambique. Leurs histoires de voyage sont passionnantes et nous excitent encore plus quant à nos aventures à venir ! On sent leur engouement au rythme du voyage et leur détachement total de leur pays d’origine. Comme dit Stev, l’allemand, ‘we just follow the stream’ (‘suivre le cours’), chaque jour est pris un par un sans planifier le prochain. On sent cependant une certaine souffrance, liée à un étrange mélange de nostalgie et de rejet de leurs racines. Ces travellers n’ont pas du tout envie de rentrer chez eux, mais ne sont pas sûrs ni même de quoi leur avenir sera fait.
On commence à grimper dans les montagnes. Delphine se dit, ‘c’est bizarre de voir des africains à la montagne’. Je crois qu’elle a passe trop de temps dans les alpes…

Encore plus de vaches. Encore plus de gamins. Certains d’entre eux nous font coucou de la main, tandis que d’autres semblent vouloir nous arrêter. A la sortie d’un virage, un gamin se poste au milieu de la route pour nous bloquer, tout en nous indiquant une troupe d’autres gamins sur le bord de la route, déguisés dans des branches d’arbre et se trémoussant dans une danse africaine ! La scène est amusante mais nous décidons de ne pas nous arrêter et de poursuivre la route.
Nous restons deux nuits à l’auberge. Pendant la journée, nous nous baladons dans les environs, dans la réserve sauvage en randonnée, et autour de la route principale où nous nous amusons avec les enfants à troquer photos contre bonbons.
Apres deux nuits passées dans la savane du Parc Kruger, nous voici en route pour les montagnes du Swaziland, pays indépendant à l’est de l’Afrique du Sud en bordure aussi du Mozambique. Le paysage change brutalement de la savane très sèche du Kruger à des vallées verdoyantes à l’agriculture développée.

Sur le bord de la route, à coté de troupeaux de vaches errantes, on croise de nombreux enfants qui semblent marcher des heures et rentrer de l’école. Delphine est étonnée de l’âge de certains, 4, 5, 6 ans et non accompagnés de plus grands!
Pour commenter sur cet article, cliquez ici !