[./home.html]
[./the_team.html]
[./profil_del.html]
[./profil_laurent.html]
[./leprojet.html]
[./photos26videos.html]
[./nos_actions.html]
[./rencontres.html]
[./livre_d27or.html]
[./south_africa_home.html]
[./south_africa_home.html]
[./livre_d27or.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Pretoria- Rencontre avec une Afrikaner
L'Expédition / Afrique / Afrique du Sud / 'Rencontre avec une Afrikaner'
Lady Ri, Riana dans la vraie vie, est d’origine Afrikaans. Elle a les cheveux roux, quelques taches de rousseur et parle en anglais avec un accent prononcé. Ses grands parents apparemment tenaient une ferme, ou elle a passé beaucoup de temps à observer, appréciant le rythme de vie de la campagne. Elle nous amène d’ailleurs plus tard visiter une ferme du XIXème siècle, et en plus d’un guide local nous raconte diverses anecdotes et techniques agricoles. On sent ses fortes racines.

La politique, l’histoire du pays, les différentes civilisations, sont un sujet global délicat. Que pense-t-elle du gouvernement noir d’aujourd’hui ? Sans espoir. Se sent elle proche des hollandais européens (elle y a voyagé) ? Pas du tout. Son pays, c’est l’Afrique du Sud. Et les Anglais dans tout ca ? Des envahisseurs… On en vient difficilement à parler de l’insécurité, de la majorité écrasante noire (plus de 85% de la population du pays), et rentrons dans des débats plus profonds. Riana soutient que la ségrégation est naturelle, et cite les communautés italiennes et françaises de New York comme exemple. Je pense personnellement que la ségrégation est un problème d’intégration. Vaste sujet  politique. On pourrait en parler des heures.
A coté de cela, Riana est généreuse, volontaire, et nous accueille comme des rois. Aujourd'hui Riana a posé une journée de travail, et consacre tout son temps à s'occuper de nous. Elle nous balade, nous guide, nous fait découvrir les beaux coins de Pretoria. Elle nous offre le vin, nous fait à manger, et se soucie du reste de notre voyage. Elle nous explique son dévouement pour couch surfing (elle y passe prés de 30h par semaine), qui selon elle a transformé sa vie depuis son inscription un certain 25 Février 2007. Avec couch surfing, Riana donne, sacrifie de son temps et attends rien en retour. Cette nuit passée dans son appartement, on a dormi dans une chambre. Riana, elle, a dormi sur une couchette dans le salon. Avec couch surfing, c'est le monde à l'envers !
Laurent
Du Lundi 22 au mardi 23 Septembre 2008
Sans même l’avoir déjà rencontrée, on s’en faisait déjà une image. Une couch surfeuse de Johannesburg nous avait prévenus: Lady Ri, ce n’est pas n’importe qui. C’est une des grosses têtes de l’organisation : l’ambassadrice de tout le continent africain, rien que ca.

A Pretoria, elle nous accueille chez elle dans son modeste appartement. Un peu en avance, elle nous le fait savoir. Elle nous attendait entre 12h30 et 13h30. Il était 12h15. Lady Ri est autoritaire et a de forts principes, et aime le faire savoir. Un peu plus tard sur la route, je tourne malencontreusement mon clignotant. ‘Je t’ai demandé de tourner à gauche ?!’, me dit elle soudainement. Encore une fois, Lady Ri, c’est elle qui commande.
Un peu plus tard on se promène dans le centre de Pretoria. Delphine remarque à haute voix que nous sommes les seuls blancs. Riana un peu gênée répond que non, il y en a un autre, las bas… en train de courir. Quand on sort de la voiture, et que nous marchons dans le square central de la ville, on se sent tous inconfortables. Les noirs nous dévisagent, on est clairement sur un territoire étranger.

L’apartheid, est-ce vraiment fini?

A travers une après midi passée ensemble, on sent l’enracinement de Riana l’Afrikaner, et les souffrances liées à l’histoire de son peuple. C’est dur.
Pour reagir sur cet article, cliquez ici !