[./home.html]
[./the_team.html]
[./profil_del.html]
[./profil_laurent.html]
[./leprojet.html]
[./photos26videos.html]
[./nos_actions.html]
[./rencontres.html]
[./livre_d27or.html]
[./overland_home.html]
[./overland_home.html]
[http://www.english.loladel.com/uk_overland_zimbabwe.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Zimbabwe - Un pays en crise
Après une semaine de détente et de découverte au Botswana, nous entrons au Zimbabwe l’esprit tranquille, un peu inconsciemment et sans appréhension des problèmes que traverse le pays. Nous savions le pays en crise politique depuis le régime de Mugabe, mais nous ne nous attendions pas à en voir les dégâts pendant un si court séjour (3 jours) et en plus dans un site touristique (les chutes de Victoria).

On nous avait prévenu qu’ici tout se payait en US $, et qu’en aucun cas il ne fallait utiliser les ATM locaux ou les bureaux de change. Le pays est en effet en crise financière depuis plus de 10 ans, quand Mugabe a commencé à prendre certaines décisions financiers catastrophiques (d’ailleurs toutes liées à son sur-pouvoir), En 1980, 1 US $ valait 1.50 ZW $. En 2006, il en valait 400 000 ZW $. Lors de notre passage, il en valait 70 000 ZW $, sachant en plus que le gouvernement venait tout juste de supprimer 3 zéros de tous ses billets de banque… Bref, la monnaie locale ne vaut rien du tout, et c’est pourquoi il est très difficile aux locaux d’importer. En ajoutant à ce problème la crise économique du pays qui n’exporte presque plus (notamment suite à la décision de Mugabe de chasser tous les fermiers), la situation est devenue catastrophique: le pays ne produit pas assez pour nourrir sa population, et est donc dépendant d’importations qu’il ne peut plus se payer à cause de la valeur quasiment nulle de sa monnaie locale. Résultat: les magasins sont presque tous vides ou fermés, les gens mendient, les artisans troquent contre tout et n’importe quoi, et tout produit se vend très très cher…
  
Du 31 Octobre au 03 Novembre 2008
L'Expédition / Afrique / Overland / 'Zimbabwe - Un pays en crise'
Les repas n’étant pas inclus pendant notre séjour au Zimbabwe, avec Delphine nous allons dans le seul petit supermarché du village: on découvre stupéfaits que la moitié des étagères sont vides (alors que les SPAR sont les supermarchés les plus luxueux d’Afrique). Des céréales à 8 US $ le paquet, mais pas de lait. L’espace boucherie: fermé. Des pates: il n’y en a pas… On sort de suite sans rien acheter. On passe devant un magasin de chaussures BATA: tout vide avec encore le tiroir caisse ouvert. Désespérés, on entre dans un fast food local (étrangement vide!), et je me renseigne sur le prix d’une barquette de frites. Le vendeur ne sait pas! Il disparait dans l’arrière boutique et revient 5 minutes plus tard. 300 000 $ locaux, sois prés de 4 US $ ou le tiers du salaire moyen mensuel de la population. On a finalement décidé avec Delphine de faire un régime ce week end!

Dans la rue on refuse de donner aux mendiants qui nous suivent incessamment. On aime par contre troquer avec les artistes locaux tous très doués dans la gravure du bois. Au final, nous ‘dépensons’ quatre tee shirt, une cravate, une casquette, un briquette, un tube de crème solaire entamé, une horloge cassée, et deux paquets de haricots secs achetés au Botswana!

On note aussi que malgré leur détresse, les Zimbabwéens sont très souriants et souvent de bonne humeur. Ils aiment bavarder et rigoler avec nous, et ne se plaignent pas sans cesse de leur condition de vie. Encore une fois on apprend à relativiser sur nos petits problèmes quotidiens!
Baignés dans cette atmosphère bizarre, on devient plus sensibles à l’argent et sa valeur. On dépense au minimum et on ne mange presque plus rien ! C’est donc un peu à contre cœur qu’on décide (tout de même !) de payer 40 US $ et d’aller visiter une des 7 merveilles du monde : les chutes Victoria, situées a 500 mètres de notre camp.

A l’intérieur du parc le spectacle est assez impressionnant. La chute principale fait tomber des tonnes d’eau à la seconde et en plus de faire un grand brouhaha, elle rejette un grand nuage de vapeur. On est comme dans un hammam !

Avis aux voyageurs : prévoyez votre visite des chutes plutôt hors saison sèche, le spectacle il parait sera encore plus impressionnant. Lors de notre passage, les chutes n’étaient qu’ à 20% de leur capacité maximale...
  
La crise sous nos yeux
Les chutes Victoria
Pour poster un commentaire sur cet article, retourner sur la page principale Overland en cliquant sur le lien ci dessous!
'Tout le monde crise!'

Montage Laurent films Zimbabwe Nov 08
In English