[./home.html]
[./the_team.html]
[./profil_del.html]
[./profil_laurent.html]
[./leprojet.html]
[./photos26videos.html]
[./nos_actions.html]
[./rencontres.html]
[./livre_d27or.html]
[#ANCHOR_Text9]
[#ANCHOR_Text2]
[./rencontres.html]
[./nos_actions.html]
[./livre_d27or.html]
[http://www.english.loladel.com/uk_volunteering_malischool.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Voyager sur les chemins du monde, c’est aussi s’arrêter un moment dans des pays, des villes, des villages, qui ont besoin d’aide, qui ont besoin de nous.

Notre tour du monde est  axé sur le désir de s’impliquer dans la vie locale, grâce à la conduite de différents projets qui touchent à la culture, l'éducation des nouvelles générations et l'économie des pays que nous traversons. Nous voulons être actifs et mettre au service des populations dans le besoin nos connaissances en vue d’un meilleur futur.
Le déroulement de notre mission
Nos actions au Mali

Education des enfants
1ere etape : se faire accepter dans une ecole

Pendant notre séjour de 4 semaines chez ALAD, nous avons passé la moitié de nos journées de travail à l’école :
  
  • Tous les matins de 8h à 12h à l’école de notre village de Kalabambougou pour donner des cours de soutien en Mathématiques et Français à des élèves de CM2.
  • Les mardi après midi, dans une école privée d’un village voisin, Kanigila, à des classes entières de CE1 et CE2.

En arrivant chez ALAD, on nous prévient que trouver une mission d’alphabétisation dans le coin n’est pas facile. Ce n’est bien sûr pas le besoin qui manque, puisque les classes sont en sureffectif, les directeurs, qui manquent de maitres, font recours à la double vacation, et les niveaux en classe sont faibles (voir l’article ’l’école au Mali’ dans le menu Expédition). Malgré cela, certains directeurs peuvent se sentir critiqués quand on leur propose de l’aide. Et surtout ceux à fort caractère, comme Tchemoko T.

Deux jours après notre arrivée au pays, c’est accompagnés du président d’ALAD, Yvan, que l’on nous présente Tchemoko T, le directeur de l’école de notre village. Il nous reçoit dans son bureau, vêtu de son boubou et de sa toque musulmane. On saisit tout de suite les besoins de son école et on lui propose de l’aider lui, les maitres, et ses élèves. En jouant sur la double vacation, on se met d’accord pour donner des cours de médiation (ou soutien) à des élèves en difficulté tous les matins.

Les cours de mediation a kalabambougou

Toutes les salles de classe étant prises, on nous construit une classe de fortune : entre deux murs, dehors, un plafond en secco (paille) posé sur des poteaux de bois pour se protéger du soleil. Au fond, un autre secco pour l’intimité. Devant, un tableau troué sur tréteau. A l‘intérieur, des bureaux empruntés à la salle d’à côté. Pour le prof en observation, une chaise sans dossier.

Lundi, on commence notre première classe de soutien. La liste des ‘nuls’, comme dit le directeur, est composée de 13 élèves tous pris d’une classe de CM2. On voit que nos nouveaux élèves sont excités d’avoir des toubabous comme profs, mais leurs nombreux sourires sont aussi dus au fait qu’ils ne nous comprennent pas bien. Leur français est en effet limité, et il faut qu’on s’efforce à parler lentement et clairement. Delphine passera prés d’une heure à leur faire répondre à la question ‘Combien as-tu de frères et sœurs ?’ Apres avoir expliqué 10 fois ce qu’était un frère et une sœur et comment formuler leur réponse, la plupart nous réponde encore qu’ils ont 3 frères et 4 sœurs, puis pas de frères, puis une sœur et 6 frères ! Dur. Pour une classe qui est censée faire des rédactions, résoudre des problèmes, lire, écrire et suivre les cours en français, on voit bien que le niveau n’est pas là.

Nous reprendrons donc les bases, en Mathématiques et en Français. ‘2+7 ?’. ‘8’. OK.
On est content de noter que malgré leurs difficultés, les élèves sont volontaires et aiment participer. Etonnamment, même si ils ne comprennent rien, ils demanderont toujours avec la même vigueur d’aller corriger au tableau !!

Travailler en nombre restreint a beaucoup d’avantages. On peut surveiller tout le monde, interroger les élèves un à un et suivre de prés leur progression. Grace à ALAD, nous leur avons offert un cahier chacun, ce qui leur a permis de rédiger et calculer. Vous ne pouvez imaginer quel bonheur immense un si petit cadeau leur a donné!

Une bonne ambiance

Nous développerons de bonnes relations avec les élèves, les autres enseignants et le directeur de l’école. Les enfants nous offrent de temps en temps des petits cadeaux, comme des fruits secs, des pop corn ou des chewing gum! Plusieurs fois après les cours des élèves nous raccompagnent à la maison, et certains viennent même nous rendre visite l’après midi (le fan club de Laurent) ou le weekend. A l’école le directeur et ses adjoints nous servent souvent une tasse de thé. Le summum sera quand Tchemoko nous propose de partager une marmite chaude de patates et de morceaux de moutons…. A 8h30 du matin !!

Experiences en classe nombreuse

A Kalabambougou nous ferons aussi l’expérience de donner des cours à des classes nombreuses. Plusieurs fois, des maitres sont absents et il a fallu les remplacer. C’est donc devant prés d’une centaine d’élèves que nous avons dû faire classe. Quelle expérience !! Le plus dur n’est pas de faire la lesson elle-même, mais de maintenir le silence et de garder l’attention de chacun. Aussi, la punition corporelle ne faisant pas partie de nos pratiques, nous ne pouvions faire le silence que par la voie orale. A la fin de 4h de classe, on en ressort crevé !

Aussi, à Kanigila, dans l’école de Kaliatou C., nous avons donné des cours à des classes entières de CE1 et CE2. Les effectifs y étaient moins nombreux que dans le public et avoisinaient les 30/40 élèves par classe, soit comme en France. Si j’ai eu une classe relativement calme, Delphine a passé des heures à faire la police, et a finalement dû les calmer en finissant la classe par une chanson maintenant devenue très populaire dans le quartier: ‘jamais on a vu, jamais on ne verra, la famille tortue courir après les rats…’
MENU

- 'Le déroulement de notre mission', article

- Panaché de photos prises pendant notre mission

- L'interview du directeur Tchemoko Traore (vidéo montage)

- Reportage video sur notre mission d'education
Panaché de photos
Nos Actions / Mali / 'Education des enfants'
La classe avant l'installation des seccos de paille
La classe apres l'installation des seccos de paille
Notre classe de CM2 la premiere semaine
Le fan club de Laurent
Laurent en classe de 94 eleves
Delphine fait la discipline
Interview du Directeur
Le Directeur nous aura tellement marqué que nous avons décidé de lui dédier un portrait et une interview. Voir la rubrique 'Rencontres'...
Pour poster un commentaire sur cet article, cliquer ici !
In English
'Notre mission d'éducation au Mali'

Kalababougou, Mali, Novembre 08

Mali_EcoleUKSub
envoyé par Loladel17. - Evadez-vous en vidéo.
Montage vidéo sur notre mission d'éducation à l'école