Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Mali_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Mali_Home

La fête musulmane de Tabaski

L'Expédition / Afrique / Le Mali / 'La fete musulmane de Tabaski'

Tabaski est avec le Ramadan la fête majeure de l’année. Tout le monde se fait beau. Beaucoup de femmes sont allées chez le coiffeur, les enfants se sont fait faire des tresses, et les homes s’habillent de leur boubou de basin. Le matin, tout le village est allé à la mosquée (y compris nous!) pour faire ses prières et entendre les bénédictions de l’Imam. Après tout le monde rentre chez soi et la fête commence!


Malheureusement ce ne sera pas l’abondance de viande pour tout le monde. On croise certains qui n’ont pas les moyens de se payer un mouton (env. 40.000 CFA ou 40 jours de salaire d’ouvrier), et qui du coup achètent quelques morceaux seulement, du bœuf moins cher, pour les pus pauvres.

Pour poster un commentaire sur cet article, retourner sur la page principale du Mali en cliquant sur le lien ci dessous!

A la mémoire du sacrifice d’Abraham, chaque année, tout le monde musulman se rassemble en famille pour fêter l’incontournable Tabaski, ou la fête du mouton. Ici, à Kabalabougou, il y a de la place dans les rues et les cours de maison. Pas besoin d’égorger le bélier dans une baignoire. Le sang coule directement sur la terre qui s’en empreigne à jamais.

En milieu d’après midi, on se rend chez Lassine, le comptable malien d’ALAD, qui nous a aussi invités. On remange donc de plus belle. Delphine par politesse, à cause de son petit appétit. Moi par gourmandise, j’engloutonne.


Le lendemain à l’école, personne. Le surlendemain, presque personne, mais on fait tout de même classe. Trois jours après, finalement, tout rentre dans l’ordre. Jusqu’ à la prochaine fête du Tabaski!!

Retour Page Mali

Chez Néné, notre hôte, on tue deux moutons. Le chef de famille n’étant pas là (en mission militaire au Soudan), Néné fait appel à un spécialiste qui s’occupera de trancher les deux gorges. Pendant que Delphine aide à la préparation du couscous avec les autres femmes, j’assiste au spectacle: égorgement, dépeçage, vidage et découpage.


Les enfants de Néné s’occupent de tout l’atelier charcuterie et s’y donne à cœur joie. Je reste à les regarder l’air un peu gêné, me sentant un peu inutile à prendre des vidéos. Bientôt ils sont couverts de sang et recrachent sans cesse leur salive au gout de mouton. Avant de dépecer, ils sectionnent des bouts de peau au niveau des pattes et insufflent de l’air dans le mouton pour que la peau se libère de la chair. Au toucher des lèvres sur la bête, apparemment un gout et une odeur dégueulasses!

La boucherie finie, avec Delphine on s’occupe de laver les parties nobles (foie et cœur), de les mariner puis de les faire griller sur un BBQ de fortune.


On dégustera à quatre autour d’une bonne table, avec Néné et Yvan, le président d’ALAD. Par terre, un peu plus loin dans la coure, le reste de la famille mange en groupes hommes/femmes séparés, comme de coutume dans un plat commun avec les mains.


Notre repas est interrompu par de nombreux coups de fil et visites de personnes qui viennent donner leurs bénédictions à Néné et sa famille. Les bénédictions durent en moyenne deux minutes pendant lesquelles les deux interlocuteurs vont à tour de rôle se prononcer des voeux ponctués à chaque fin de phrase par la même réponse: Amen.