[./home.html]
[./the_team.html]
[./profil_del.html]
[./profil_laurent.html]
[./leprojet.html]
[./photos26videos.html]
[./rencontres.html]
[./cuisinedumonde.html]
[./livres_de_voyage.html]
[./nos_actions.html]
[./promo_partenariat_actuels.html]
[./promo_partenariat_prives.html]
[./promo_partenariat_entreprises.html]
[./promo_espace_media.html]
[./livre_d27or.html]
[./argentina_home.html]
[./argentina_home.html]
[./livre_d27or.html]
[./cuisinedumonde.html]
[#ANCHOR_Text40]
[#ANCHOR_Text10]
[#ANCHOR_Text16]
[#ANCHOR_Text33]
[#ANCHOR_Text6]
[#ANCHOR_Text6]
[#ANCHOR_Text6]
[#ANCHOR_Text6]
[./livre_d27or.html]
[#ANCHOR_Text6]
[http://www.english.loladel.com/uk_argentina_patagonia.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Patagonie et Terre de Feu
L'Expédition / Amerique du Sud / Argentine / 'Patagonie et Terre de Feu'
Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !
La Patagonie est une terre immense (qui représente près d’un tiers de toute l’Argentine), un désert d’une beauté exceptionnelle. Les paysages sont grandioses, le silence s’impose, la luminosité des couleurs renforce cette harmonie entre le ciel, les bêtes sauvages et la terre.

J’aime par-dessus tout ces étendues de steppes aux couleurs mordorées, vert olive, traversées par des centaines de moutons et de guanacos bien emmitouflés dans leur chaude laine, les habitants se font rare, très rare.

Nous croiserons sur la route des petites maisons au milieu de nulle part ou ces estancias aux terres immenses.
El Calafate

Nous arrivons dans la petite ville d’El Calafate après 28 longues heures de bus, passées à dormir et admirer les magnifiques paysages du désert patagonien.

A notre arrivée à la gare routière, nous sommes accueillis par Analia, notre hôte Couch Surfing. Argentine divorcée de 45 ans, Ana s’est inscrite sur le site en Janvier 09 et depuis reçoit couchsurfeur sur couchsurfeur.

Dans sa petite maisonnette perdue dans les hauteurs à l’extérieur de la ville, Ana fait dormir ses hôtes dans la minuscule chambre de sa fille de 9 ans, Valentina, qui du coup dort avec elle dans son lit. Ana ne vit pas dans le grand luxe et nous raconte souvent ses théories sur la chaleur humaine, le partage, et la futilité du matérialisme. Comme quoi avec pas grand-chose, on peut vivre heureux. Il y a deux ans, elle vivait 10kms plus loin, au milieu d’un champ dans une cabane sans électricité ni gaz. Les conditions étant trop extrêmes, elle a décidé d’acheter une petite parcelle de terre et d’y planter une petite maisonnette préfabriquée dans laquelle elle vit aujourd’hui avec sa fille. A l’intérieur, c’est tout petit et c’est un peu (beaucoup selon Delphine) le bazar. On aura chez Ana l’étrange sensation de se sentir enfermés, claustrophobiques, même la porte ouverte ou dans le jardin, alors que la maison est perdue dans un désert!
El Chalten


El Chalten en soit à peu d’intérêt, c’est un petit village très cher, où de nombreuses constructions d’hôtels, restaurants et magazines pour touristes font irruption ces derniers mois.
El Chalten est surtout un village étape pour les passionnés de rando qui viennent du monde entier découvrir les merveilles de la nature patagonienne.
Alors, nous sommes partis équipés de notre matériel camping et de suffisamment de nourriture pour 5 jours à la découverte de merveilleux paysages montagneux.
Au départ nous nous sentions assez lourds, surtout à cause des kilos de pates, saucisson, pain et fromages du pays dans nos sacs, tellement lourd que Laurent  a même sacrifié sa bouteille de vin argentin !

Apres quelques heures de rando en direction du Mont Torre nous avons eu le bonheur de découvrir 2 piverts, trouer l’arbre de leur bec en chantant à tue tête, sous l’Óil de la photographe et du cameraman émerveillés !!! Le male a la tête rouge et la femelle est toute noire avec une petite houppette sur la tête. Notre rando commence très bien et nous sommes réjouis de pouvoir apercevoir ces oiseaux.
Situé à une soixantaine de kms de la ville, le Perito Moreno, classé au patrimoine de l'UNESCO, est un des rares glaciers au monde vivant, qui bouge chaque jour de 2 mètres en son centre.

Déjà de loin, le spectacle est impressionnant. Au pied des montagnes, une immense coulée de glace qui semble s'arrêter au milieu d'un lac à la couleur vive bleutée. En s'approchant plus et en voyant un bateau naviguer, on se rend compte de l'immensité du phénomène. La couche de glace mesure en fait plus de 60m de haut au dessus de l'eau, et deux fois plus en profondeur (pour les physiciens, cf Archimède). La superficie du glacier, quant à elle, est égale à celle de la ville de Buenos Aires. Quel spectacle !
Après un petit tour malin d’Ana qui nous fait passer pour des locaux et économiser 160 pesos (35€) à l’entrée du site, on sort de la voiture et on se promène sur le parcours de passerelles qui nous rapprochent d’une cinquantaine de mètres de la grosse créature de glace.


On l’entend gronder, craquer. Des fissures apparaissent, puis quelques secondes plus tard, pour le plaisir de tous les spectateurs,  de gros blocs de glace se détachent et tombent dans le lac. Des vagues, une détonation qui retentit dans toute la montagne, le spectacle est grandiose ! On restera en tout une bonne heure dans le parc, à admirer le Perito Moreno, sa coiffure de  pics de glace et sa couleur bleutée très pure.
Sur le chemin du retour, Ana décroche sur une petite route en terre pour nous emmener au bord d’un lac connu, le Lago Roca. Nous passons les détails d’une aventure assez rocambolesque, mais nous ne verrons finalement pas le lac, et sommes rentrés à la maison avec dans le van un tronc d’arbre d’une centaine de kilos. Hum, un peu fofolle la Ana. Nous traversons par contre des étendues de pampa immenses. Des champs à perte de vue, avec au loin lacs bleutés et montagnes. Un tableau grandiose, sauvage, aux couleurs très contrastées, on voit ici le vrai visage de la Patagonie ! Au milieu, des moutons broutent tranquillement. Delphine les adore. Ils ne sont pas comme chez nous. Petits et gros, ils ont beaucoup de laine et ressemblent à de grosses peluches. Des condors rodent aussi aux alentours, en attente d’une proie, un de ces milliers de lièvres qui gambadent dans les champs et sur le chemin. Une bonne balade donc, en voiture, avant  de rentrer à la cabane pour une crêpe party made in Delphine.
Après une première soirée dans la cabane à manger des Ana-made pizzas (mmmh !!!) et à boire du maté, on passera toute la matinée à la maison en compagnie de la petite terreur Valentina pendant qu’Ana est partie travailler. Nous aurons aussi la chance de partager la compagnie de ses trois chiens, Nikita la cyclope, Pakita le p’tit noir, et Shreck confiné à passer la fin de ses jours attaché à un banc dans le froid prés de la route.

Franchement, on n’a pas été loin de péter les plombs. Valentina, qui s’embête à mourir, nous sollicitait à chaque seconde. Pour se doucher, toute une aventure. Et cette sensation d’enfermement, dur !!

Ana rentrée et préparée, on part tous ensembles dans sa voiture camping car, direction le fameux glacier Perito Moreno, l’attraction touristique d’El Calafate.
Le lendemain, on ne perd pas de temps chez Ana, on trace direct… direction El Chalten.

Nous reviendrons à El Calafate une semaine plus tard, pour deux jours de travail, de repos et de goinfrage de pâtisseries : si vous passez dans le coin, allez à la confiteria Don Luis, c’est une véritable caverne d’Ali Baba. Nous plantons la tente dans un grand camping, bien équipé, mais sale et peuplé de la fameuse ‘bande des clébards’ d’El Calafate, qui assure 24/24h l’ambiance du camping avec concours d’aboiement, pissage sur tente et cafouillage de poubelles à deux mètres de notre tente.

Le dernier soir, nous nous offrons un ‘tenedor libre’, la formule nationale de viandes grillées à volonté ! Chorizo, poulet, bœuf, saucisses… et la spécialité de la région : l’agneau. J’ai mis deux jours à m’en remettre.
Valentina avec Laurent et les 3 chiens. En pleine discussion.
Vue de la maison sur le lac
Vue sur le lac de la maison
Pizza party
Une chute de glace impressionante
Juste en face du Perito Moreno, on se rend compte de son immensite
Une des 9 assietes que nous nous sommes enfilées
Apres une petite pause déjeuner peu avant la superbe vue panoramique nous traverserons des plaines de toute beauté, les couleurs vertes, jaunes, marrons s’entremêlent et même si le vent souffle de plus en plus fort, nous sommes content de notre première journée ! Nous arriverons en fin d’après midi dans notre premier campement tout près du glacier Torre et de la rivière du Rio Fitz Roy. Nous aimons beaucoup cet endroit où d’autres randonneurs ont aussi plante leur tente.
Notre deuxième jour de marche sera assez difficile car mon épaule gauche me fait mal, j’ai surement un nerf coincé, et la grande montée pour rejoindre notre deuxième campement est assez difficile vu le poids du sac a dos.
Nous traverserons de très belles forets, de nombreux randonneurs et coureurs sur notre chemin car c’est le Festival du trekking !
Arrivés à notre campement, les conditions météorologiques deviennent très difficiles : rafales de vent glacées, la pluie, bref je suis obligée de mettre deux manteaux et de m’emmitoufler dans mon duvet. Laurent plein de courage montera seul jusqu'à Laguna Los Tres, où la vue est à couper le souffle !
Apres un bon petit plat de pates à la sauce tomate, nous sommes prêt bien au chaud dans notre tente à nous endormir longtemps avant d’entamer notre plus grosse journée : le 3eme jour de marche !
  
Thé, Café, biscuits, 9h30 on est partis ! Nous suivons le fleuve du Rio Blanco pendant quelques heures traversant des milliers de cailloux, du plus petit au plus gigantesque et mangeant les petites baies aux fruits rouges, pour se réchauffer des rafales de vent glacées. Après un bon petit pic-nic (carottes, saucisson, fromage, pain, pommes) la deuxième partie de la balade sera dans une très belle forêt ; qui nous fait penser à Theillay, où des chevaux sauvages broutent tranquillement l’herbe. Nous suivrons la rivière du Rio Electrico pour enfin arriver à notre joli petit campement près d’un refuge, dans l’Estancia Ricanor. C’est ici, que nous pourrons enfin prendre notre première douche chaude ! Que nous avons bien évidemment savouré. Ce soir la nous nous sommes offerts une excellente pizza au jambon, fromage, olive et bacon, c’était un régal !

  
Le lendemain nous sommes repartis sur la route en direction du lac Désert. Mais ce jour la il y avait un enjeu ! En effet, après deux heures de marche nous sommes arrivés sur l’unique route qui mène au lac, et empruntée aussi par des voitures. La distance restante pour arriver, était de 21km, soit nous avions le courage de marcher encore six heures, soit nous pouvions tenter notre chance en stop !
Nous continuions à marcher et au bout de deux heures juste à cote d’un lac exceptionnellement bleu/gris turquoise, nous avons eu la chance que ce gros 4x4 blanc conduit par deux argentins fort sympathiques nous conduise au lac, plus tard ils nous ont aussi offerts deux bons sandwichs, avec coca et jus d’orange !

En fin d’après midi, vers 16h00 nous arriverons enfin dans un endroit inoubliable tant par la beauté exceptionnelle et le soleil qui nous réchauffait et émerveillait toutes les couleurs de la montagne et des collines environnantes. Nous camperons chez Carlos !
Apres une très belle rando jusqu’au glacier Huemul, où nous pouvons admirer une vue spectaculaire sur le Mont Fitz Roy et le lac du désert ; nous savourons chacun un choripan (saucisse de bœuf dans du pain). Je crois que c’est la meilleure saucisse que je n’ai jamais mangé, bien grillée au barbecue, la viande était un régal ! Première nuit très froide mais sans vent !
  
Enfin le lendemain après cinq jours de randonnées, nous reprendrons la route en direction de El Chalten vers 10h00 juste après un petit mate partagé avec Carlos, huit heures de marche nous attendent ! Mais au bout de deux heures de marche un couple argentin de La Plata aura la gentillesse de nous ramener dans leur 4x4.
Nous avons économisé beaucoup d’argent, car le transfert était de 80 pesos par personne.
En arrivant à El Chalten, nous déciderons par hasard, de rester dans un refuge le moins cher de la ville, où nous avons pu savourer mes délicieuses crêpes pour dîner. Bien confortablement installés au chaud, savourant la douche chaude et le petit salon en regardant la tempête par la fenêtre.

Ces cinq jours de rando étaient difficiles particulièrement à cause des conditions climatiques mais nous avons déjà de très beau souvenirs, des paysages uniques, des piverts, de nos petits déjeuners au bord des cascades, et de nos pics-nics assis sur un tronc d’arbre. Apres 5 jours sans internet, sans chocolat, sans douche je vous garantis que des petites choses comme boire un chocolat chaud dans une petite maison près du feu est un pur délice à savourer !
  
Mate matinal chez Carlos
La femelle
1er campement
Le male
Laurent fait du stop!
Refuge de l'Estancia Ricanor
Laurent pris d'une crise de danse
1er campement
Ushuaia

Il nous a fallu 17h de bus à partir d’El Calafate pour arriver enfin au bout du monde ! Ushuaia !

La Patagonie australe est un territoire déchiré, à géographie très complexe et constitue de plus de 1000 iles et côtes sauvages. L’histoire est longue, mais l’Argentine et le Chili se sont beaucoup disputés ce territoire, et se sont finalement mis d’accord sur des limites parfois pas très logiques. Sur le chemin, nous avons dû passer 4 fois des frontières, et avons dû d’ailleurs y laisser quelques unes de nos provisions : fruits et saucissons. La douanière chilienne n’était vraiment pas aimable, et ce n’est pas sans une certaine provocation que nous nous sommes enfilés 4 prunes et une pomme en 35 secondes devant elle.
Apres avoir passé le détroit de Magellan sur un bateau navette, nous arrivons enfin sur la grande ile de la Terre de Feu. Au bord de la route, les mêmes paysages de désolation, déserts et rocailleux avec parfois ces grosses buttes de terre, telles des ‘éléphants dans un boa’, comme aime le dire Delphine, et... Saint Exupéry.


Après deux heures de route, nous arrivons à Ushuaia, cette petite ville nichée au pied des montagnes et sur les rives du fameux canal Beagle. Le camping étant trop loin de la ville, nous nous sommes confortablement installés chez Maria, habitante de la ville qui nous a loué un petit appart tout équipé.
La ville d'Ushuaia, au pied des montagnes
Nous passerons au final 5 jours assez particuliers, ou nous ressentirons des émotions partagées. Ushuaia nous est apparue comme une ville très singulière, bien à part du reste du pays et du monde.

Les habitants sont parfois étranges, et ont en plus de leur fierté ushuaienne un coté mystérieux que nous avons eu du mal à saisir. Nous nous sommes même à un moment demandé si Ushuaia n’était pas comme une grande secte, ou tout le monde se connait et se consulte avant de s’impliquer avec un étranger. D’ailleurs, tous les soirs, nous pouvions entendre des foules de gens chanter et prier dans une grande salle. A travers les parois de verre glacé, on y a jeté un coup d’œil et avons vu des gens danser avec de grandes banderoles blanches. Surement ces réunions étaient légales et saines, mais étant donné nos relations avec certains habitants et l’atmosphère qu’on s’était créé ici, elles ne faisaient qu’augmenter ce sentiment de ville mystérieuse.


Le centre historique d’Ushuaia a du caractère. On voit beaucoup de maisons faites de planches de bois. Vieillies par le temps et la pluie, elles semblent pouvoir s’envoler au moindre souffle de vent!
  
Vue de notre rue sur la partie basse de la ville, avec en face le canal de Beagle
Ushuaia étant chère, nous n’avons sélectionné qu’une seule excursion à notre programme. Nous avons laissé tomber les randos dans le parc national (pour en avoir fait à El Chalten), le musée maritime (cher et petit, et du fait que nous nous étions déjà beaucoup documenté sur l’histoire de la région), et la balade au glacier (on en a vu des plus gros). On a donc opté pour une balade en bateau de 4h sur le canal de Beagle.
Une maison typique en bois
Bariloche

Apres 27h00 de bus et de magnifiques paysages parcourus, nous arrivons à Bariloche. Il fait déjà plus frais qu’à Buenos Aires mais le soleil est au rendez vous. Sur notre chemin en allant au centre d’information, Danièle cette française d’une cinquantaine d’année nous aborde car Laurent a ses lacets défaits. Elle nous explique qu’elle adore l’Argentine et qu’elle s’est installée récemment sur Bariloche, elle nous donne même son numéro de téléphone si besoin. Je trouve cela superbe de pouvoir encore trouver ce type de personne aujourd’hui !

Nous déciderons finalement de camper au plus prés de Bariloche (à 3 km) au Camping Cerro Negra. Très bien équipé, vue sur le lac, coin barbecue, table et siège en bois, bref nous serons bien pour nos prochaines nuits sous la tente.
  
Nous passerons en tout 5 jours et 5 nuits à Bariloche. Entre plusieurs sessions de travail avec les hostels du coin (en vain), nous visitons la ville et surtout ses alentours, de merveilleux paysages aux lacs bleu intense et des montagnes majestueuses. Nous sommes très vite saisis par le calme et la beauté de la nature encore vierge et sauvage. 

Le village nous rappelle les sports d’hiver. Petits chalets en bois, magasins touristiques de produits locaux (des chocolats !), tout le monde en doudoune et bonnet, on pourrait être à Chamonix ! Ca nous fait d’ailleurs du bien de respirer l’air pur, de sentir la fraicheur après deux mois de calor au Brésil et à Buenos Aires.

Nous ferons deux longues randonnées dans la région. Le highlight, une ascension en télésiège en haut du Cerro Campanario, où la vue panoramique y est époustouflante. Au loin, on aperçoit la Cordillère des Andes et ses cimes enneigées. Tout autour, des autres collines et montagnes aux formes imposantes, avec à leur pied de nombreux lacs et rivières. L’air est frais, et pur et on apprécie ces instants de communion avec une nature que l’on a tant attendue. Dans ce nouveau décor, on commence aussi à tourner nos premières scènes de notre vidéo clip ‘Patacrazy’, dédicace pour nos amis de Buenos Aires Matias et Violeta.
De Bariloche à Ushuaia, nous avons parcouru la Patagonie en quatre étapes clés :

- Bariloche,
- El Calafate,
- El Chalten
- et enfin Ushuaia.


Nous avons emprunté la fameuse route 40 de Bariloche à El Calafate, et nous avons pu admirer les superbes paysages ci-dessous :
  
Balade très agréable, où nous pouvons apercevoir des otaries, qui jouent dans l’eau et nous font coucou, ou encore de magnifiques cormorans, des lions de mer et aussi le fameux phare du bout du monde ! Il faisait très froid et le vent était glacé, mais nous avons beaucoup aimé !




Enfin, Ushuaia m'a personellement (Delphine) donné des ailes. Notre prochain projet sera surement l'exploration de l'Antartique, j'espère sur un bateau d'expédition avec des géologues et des scientifiques, plus que 1000 km à parcourir et beaucoup de sous en poche!
  
Du 10 Mars au 02 Avril 2009

Argentine_VideoClip
envoyé par Loladel17
'Pata-crazy'

Patagonie, March 08
VIDEO

La nature immense de la Patagonie nous a inspirés et nous as donnés des ailes pour créer et monter ce clip vidéo. Une dédicace spéciale pour nos amis de Buenos Aires, Matias y Violeta, qui nous ont gentillement preté leurs vetements d'hiver, sans lesquels nous aurions surement finis congelés... Profitez bien de ces petits moments de folie!!
Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !
In English